Scalpel et Matula | Lancette d'Ambroise Paré - Scalpel et Matula
928
single,single-post,postid-928,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

BLOG

 

Lancette d’Ambroise Paré

13 Août 2017, Posté par scalpeletmatula.fr dans matériel

Au cours de l’animation que nous avions réalisé au musée de l’hôpital Notre Dame à la Rose à Lessines, à l’occasion de l’exposition « d’Ambroise Paré à Louis Pasteur », une pièce de reconstitution avait attiré notre attention. Il s’agissait d’un couteau d’amputation d’un modèle en « S » typique, à lame fixe, se rattachant à la tradition médiévale des couteaux d’amputation courbes (censés faciliter l’opération de section des chairs avant sciage de l’os).

Une recherche dans le facsimile des œuvres complètes du célèbre chirurgien nous a permis de découvrir l’application du même modèle, à une échelle plus réduite, pour la création d’une lancette (l’auteur parle de « Biftorie ») pliable (au contraire du couteau d’amputation), destiné à permettre l’opération de phlegmons situés dans l’arrière gorge du patient. Comme à son habitude, Paré décrit parfaitement le mode opératoire : ouverture de la bouche du patient avec un speculum oral, introduction de la lame dans la bouche et incision avec le bout de la lancette. La forme de l’instrument est effectivement bien adapté à passer au dessus du dos de la langue afin d’atteindre l’arrière gorge.

Original

Texte et dessin de l’ouvrage d’Ambroise Paré

Afin de reconstituer cet instrument, nous avons fait appel au savoir faire et aux connaissances historiques de deux « pointures » de l’artisanat de reconstitution historique : Alex Dubois (coutellerie nuage) pour la reconstitution du manche, et Gaël Fabre, forgeron qui avait déjà réalisé pour nous des copies de couteaux d’amputation, d’après des calques d’originaux appartenant aux collections du musée de la médecine de Paris.

APare_1

Alex et Gaël au Marché de l’histoire de Compiègne en 2017

Le problème de la reconstitution d’une pièce à partir d’un ouvrage ne précisant pas la dimension de l’objet, ou ne le représentant pas en utilisation, est le manque d’échelle. En l’absence d’élément de comparaison par exemple une partie du corps humain, la reconstitution se base sur l’utilisation envisagée et sur le principe de l’adaptation de l’outil à la main du praticien. A l’époque de fabrication de la lancette originale d’Ambroise Paré, il n’existe pas encore de production en série des instruments. Celle-ci ne prendra véritablement son essor qu’au 19ème siècle avec de grandes maisons comme Charrière (voir par exemple l’article de Jean-Philippe Bucas dans le numéro de septembre 2014 de Clystère). De fait la dimension de la lancette est calculée pour tenir confortablement dans la main de Dame Clotilde.

Pour le choix des matières, nous avons opté pour le manche pour de l’ivoire (de mammouth), matériau communément utilisé pour des instruments de chirurgie, et cohérent avec la finesse de gravure attendue. Alex Dubois s’est chargé de cette partie du projet, réalisant une première pièce avec un manche fabriqué en plusieurs plaquettes rivetées, puis une seconde pièce avec un manche plein. Cette deuxième solution nous a paru plus en adéquation avec l’utilisation de l’instrument et des exemples d’autres instruments apparentés visibles en collection. Pour la lame, Gaël Fabre a proposé un acier feuilleté, technique communément utilise à l’époque afin d’obtenir des lames résistantes et conservant un bon tranchant à l’usage.

APare_2

A gauche, prototype avec plaquettes assemblées, à droite version à manche plein

APare_3

APare_5

Lancette finale. L’instrument est parfaitement adapté à la main du praticien pour lequel il a été conçu.

Un grand merci à Alex et Gaël pour leur implication dans ce projet qui a abouti à une magnifique reconstitution de la lancette d’Ambroise Paré. Il vient enrichir notre collection multi-époques d’instruments de médecine et chirurgie.

Écrire un commentaire