Scalpel et Matula | Actualité et réflexions
35
blog,paged,paged-3,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

Scalpel et Matula

 

Retour sur 2018 (deuxième partie)

13 Avr 2020, Posté par scalpeletmatula.fr dans Non classé

Cette deuxième partie rassemble, centenaire 14-18 oblige, plusieurs animations en rapport avec la fin de la Grande guerre. Rappelons que ce conflit, qui a causé la mort de 10 millions de soldats et en a blessé deux fois plus (en France, 1,4 millions de morts, 4,2 millions de blessés) a pris de court les services de santé de tous les belligérants, tant par la longueur de l’engagement que par la violence des combats et les nouvelles pathologies rencontrées. Le bilan est encore aggravé à partir d’octobre 1918 par la pandémie de grippe espagnole agissant sur une population affaiblie, provoquant un nombre de victimes qui fait encore débat, mais se compte en dizaines de millions de morts au niveau mondial (vraisemblablement entre 20 et 30 millions – certaines estimations proposant 100 millions).

Guérande

Bien que loin du front, Guérande est marquée par la grande guerre. Comme toutes les communes de France, elle compte nombre de ses habitants incorporés dans l’armée, mais elle abrite également un camp de prisonniers.

Gardes du camp de prisonniers – on notera les uniformes disparates (crédit photo mairie de Guérande)

C’est pourtant le retour de ses enfants après la « der des der »qui est évoqué, avec une célébration dans toute la ville et une animation dans la porte Saint Michel où nous avons expliqué l’histoire du service de santé pendant 14-18. Une reconstitution d’un laboratoire 1900 complétait cette animation.

Accueil des poilus de retour à Guérande (crédit photo Ouest France)

 

Laon – Musée d’art et d’Archéologie

Nous avons planté la tente et notre auvent dans les jardins du musée. La Grande guerre est encore particulièrement présente dans les mémoires des habitants, le front s’étant établi à quelques kilomètres de la ville, à mi-chemin avec Soisson.

Explications sur les gueules cassées

L’installation dans le parc (photo du personnel du musée)

Les Lucs sur Boulogne – Historial de la Vendée

Evocation du service de santé avec une reconstitution de poste de secours et le laboratoire 1900.

Dispositif du mémorial : écran pour le diaporama, table d’exposition, poste de secours et laboratoire

Evocation d’un poste de secours

Table de chirurgie / agents vulnérants

Retour sur 2018 (première partie)

12 Avr 2020, Posté par scalpeletmatula.fr dans animation

Après une très longue halte due à nos projets d’études notamment à l’Ecole des Chartes, nous reprenons le blog là où il s’est arrêté en février 2018.

L’année 2018 a été l’occasion de réaliser plusieurs animations dans des lieux prestigieux et emblématiques. Nous allons le publier en deux fois : le médiéval d’abord et 14-18 ensuite.

Musée des hospices civils de Beaune

Nicolas Rolin (1376-1462), alors chancelier du troisième duc Valois de Bourgogne Philippe le bon (1419-1467), fonde l’Hotel Dieu de Beaune en 1443 avec son épouse Guigone de Salins (1403-1470). Il s’agit alors de fournir un lieu d’accueil pour les indigents et les malades d’une population éprouvée au sortir de la guerre de 100 ans. Ensemble architectural remarquable et bien conservé, il est resté un lieu de soin actif jusqu’en 1971.

Il présente des collections très étendues dans un ensemble de salles très intéressantes parmi lesquelles la « grande salle des pôvres » et sa chapelle attenante, la salle Sainte Anne laissant voir le système d’évacuation vers la rivière (la Bouzaise) dont était doté l’établissement dès sa fondation ou encore l’apothicairerie du XVIIIème avec une collection de vaisseaux, un rare mortier à arc et le portrait de l’apothicaire Claude Morelot.

Le Musée des hospices civils de Beaune fait partie du réseau des Hôtels Dieu et apothicaireries.

Nous avons eu le plaisir et le privilège de pouvoir nous installer dans la grande salle des pôvres sur la durée du week end des 27 et 28 Octobre. Nous avons pu faire découvrir au public venu visiter l’Hotel Dieu les métiers de la santé à la fin du Moyen Age.

Nos tables devant les lits de la grande salle des pôvres

Interaction avec les visiteurs

Table de médecine & chirurgie

Table d’apothicairerie & hygiène

Uroscopie suivant Gilles de Corbeil (v.1140-v.1224)

Miresse et apothicaire (cliché Gilles Brébant)

Maître apothicaire et ses divers albarelles, chevrettes, pots à sirop… (cliché Gilles Brébant)

Un grand merci à toute l’équipe du musée pour son accueil et à Gilles Brébant (le Bien Public) pour ses photos.

De retour de Normannia 2018

01 Mar 2018, Posté par scalpeletmatula.fr dans évènements

Comme annoncé dans notre précédent post Scalpel et Matula a participé au salon Normannia, au Parc des expositions de Rouen, le week end des 24 et 25 février.

  • Le salon Normannia

Un événement très réussi avec plus de 250 exposants venus de toute la France et même d’au delà des frontières. Le public a été au rendez-vous : cette seconde édition de Normannia a vu la fréquentation du salon doubler par rapport à l’année dernière qui avait déjà attiré 5000 visiteurs. Le salon était également suivi par la radio RC2 94.4 qui a été présente pendant tout le week end. Ajoutons que Luc Arbogast a donné un concert samedi soir.

Beaucoup de monde donc pendant ces deux jours durant lesquels les allées du salon n’ont pas désemplies. Les grandes halles du parc des expositions abritaient (au chaud, malgré le vent glacial à l’extérieur) bien des surprises, avec un mixte d’artisans et d’exposants, sans oublier des points restauration variés.

  • L’animation 14-18

Le stand Scalpel et Matula présentait, centenaire 14-18 oblige, une animation sur le service de santé de l’armée durant la grande guerre. Le stand était organisé en une table d’instrumentation d’un coté, où Marie Louise, infirmière diplômée, évoquait les interventions sur les poilus blessés, et un espace dédié à la vie dans les tranchées et au travail des infirmiers au front présenté par Joseph Casimir, du 29ème Régiment d’Infanterie Territoriale.

Normannia2018_02

Normannia2018_04

Bien que le salon ait été intitulé médiéval et fantastique, le stand a suscité beaucoup d’intérêt et… n’a pas désempli. Les visiteurs se sont intéressés aux multiples aspects des traumatismes et des soins prodigués durant 14-18. Aseptie et traitement des plaies, progrès dans la prise en charge des mutilés – notamment des gueules cassées -, gestion du circuit d’évacuation, reconnaissance et traitement des blessés psychiques, prise en charge des victimes des gaz, mise en place de structures sanitaires de l’avant – ambulances, autochirs -… beaucoup de sujets sur lesquels nous avons pu échanger. Des moments privilégiés également lorsque des visiteurs ont rapporté les témoignages et souvenirs de leurs aïeux ayant pris part à ce conflit.

Normannia2018_01

  • Partant pour l’édition 2019 !

Au final deux jours très intéressants qui donnent envie de revenir l’année prochaine.

Un grand grand merci à l’équipe d’organisation du salon, aux bénévoles et aux services techniques du parc qui ont soutenu très efficacement les exposants avec beaucoup de compétence et de gentillesse.

Rendez-vous en 2019.

Normannia2018_03