Scalpel et Matula | animation
95
archive,paged,category,category-animation,category-95,paged-2,category-paged-2,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

animation

 

Dans la lignée de nos deux précédents articles sur 2018, voyons quelques interventions sur 2019 et pour commencer, la forteresse royale de Chinon.

Deux week ends étaient organisés en juillet et août 2019, l’un sur la période Renaissance, le second sur la période Médiévale. Scalpel et Matula était présent sur les deux événements mais nous allons évoquer ici la première des deux dates.

A l’occasion du 500ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, les châteaux des bords de Loire ont décider de fêter l’événement.

La forteresse de Chinon a quant à elle décidé de commémorer le séjour en 1498 de César Borgia (1475-1507) et de sa suite. Le neveu du pape Alexandre VI se rend à la forteresse royale pour y rencontrer Louis XII à qui il doit remettre la décision papale d’autoriser le procès en annulation du mariage du roi avec la fille de Louis XI, Jeanne de France.

Les musiciens et les saltimbanques ouvrent le cortège, suivi de la cour, des gardes et enfin de César Borgia, sa maîtresse à son bras. Dame Clotilde et Maître Michel présentent les dernières nouveautés en matière de médecine et de chirurgie, le nouveaux remèdes venus tout droit des Amériques comme le bois de gaïac ou le remède de la duchesse (l’écorce de quinquina), mais aussi hélas, de nouvelles maladies comma la syphilis. En parallèle, les ateliers de damoiselle Émeline présentent  les innovations cosmétiques de la Renaissance.

Un mage-astrologue fait goûter au public confitures sèches (nos actuelles pâtes de fruit), les pâtes d’amande, les fruits confis et autres douceurs venues d’Italie. Imprimerie et monnayages sont également présentés.
 

Une merveilleuse journée avec un public attentifs et intéresse au sein d’un lieu enchanteur.

Merci à toute l’équipe de la forteresse pour leur accueil chaleureux et leur compétence.

Retour sur 2018 (première partie)

12 Avr 2020, Posté par scalpeletmatula.fr dans animation

Après une très longue halte due à nos projets d’études notamment à l’Ecole des Chartes, nous reprenons le blog là où il s’est arrêté en février 2018.

L’année 2018 a été l’occasion de réaliser plusieurs animations dans des lieux prestigieux et emblématiques. Nous allons le publier en deux fois : le médiéval d’abord et 14-18 ensuite.

Musée des hospices civils de Beaune

Nicolas Rolin (1376-1462), alors chancelier du troisième duc Valois de Bourgogne Philippe le bon (1419-1467), fonde l’Hotel Dieu de Beaune en 1443 avec son épouse Guigone de Salins (1403-1470). Il s’agit alors de fournir un lieu d’accueil pour les indigents et les malades d’une population éprouvée au sortir de la guerre de 100 ans. Ensemble architectural remarquable et bien conservé, il est resté un lieu de soin actif jusqu’en 1971.

Il présente des collections très étendues dans un ensemble de salles très intéressantes parmi lesquelles la « grande salle des pôvres » et sa chapelle attenante, la salle Sainte Anne laissant voir le système d’évacuation vers la rivière (la Bouzaise) dont était doté l’établissement dès sa fondation ou encore l’apothicairerie du XVIIIème avec une collection de vaisseaux, un rare mortier à arc et le portrait de l’apothicaire Claude Morelot.

Le Musée des hospices civils de Beaune fait partie du réseau des Hôtels Dieu et apothicaireries.

Nous avons eu le plaisir et le privilège de pouvoir nous installer dans la grande salle des pôvres sur la durée du week end des 27 et 28 Octobre. Nous avons pu faire découvrir au public venu visiter l’Hotel Dieu les métiers de la santé à la fin du Moyen Age.

Nos tables devant les lits de la grande salle des pôvres

Interaction avec les visiteurs

Table de médecine & chirurgie

Table d’apothicairerie & hygiène

Uroscopie suivant Gilles de Corbeil (v.1140-v.1224)

Miresse et apothicaire (cliché Gilles Brébant)

Maître apothicaire et ses divers albarelles, chevrettes, pots à sirop… (cliché Gilles Brébant)

Un grand merci à toute l’équipe du musée pour son accueil et à Gilles Brébant (le Bien Public) pour ses photos.

Médecine 18ème – Notre Dame à la Rose

29 Sep 2017, Posté par scalpeletmatula.fr dans animation

L’animation du 25-26-27 août.

Si nous avons une tendresse particulière pour Notre Dame à la Rose de Lessines, c’est parce que le lieu est magique et que l’on nous laisse mettre en place des créations originales.

Lessines_04

Cette année nous sommes venus tout droit du 18ème siècle. Nos personnages : une dame charitable, experte en maladies des femmes et accouchements, une préparatrice de poudre parfumée et colorée, de baume à lèvres  etc.. et enfin un pharmacien connaissant les recettes et les contenants pharmaceutiques.

Lessines_05

Nous avons exposé de nouveaux pots à pharmacie, des faïences à petits ou grand feu (« on dit des vaisseaux ! », clame le pharmacien), des étains et bien d’autres pièces.

Le jardin sur lequel donne notre installation invite au calme mais aussi à l’étude. De fait Gabrielle de Warne décrit les progrès en matière d’obstétrique, passant du docteur Mauriceau (1637-1709) à madame du Coudray (1712-1790) sans oublier les Chamberlen (1570 / Pierre l’ancien – 1728 / Hugues le jeune).

Lessines_06

Le maître pharmacien présente l’évolution de la thérapeutique, avec la remise en cause du modèle des humeurs d’Hippocrate (env. -460 – env. -370), en partie liée au développement de l’aérisme. A travers les travaux et pharmacopées de Lemery (1645-1715) et de Charas (1619-1698) et les préparateurs des jardins du Roy, il évoque la montée de la chimie, amorcée dès le 17ème siècle, dans la préparation des remèdes. Il parle également des premiers travaux en vue de la purification des principes actifs des plantes (quinquina, saule blanc, noix vomique…). Il parle aussi des efforts faits pour lutter plus efficacement contre les épidémies (variolisation, mise en place de réseau de surveillance, contagion contre infection)…

Le public a été attentif et réceptif à notre discours, un bonheur !

A l’étage, damoiselle Rose explique les poudres et les fards que l’on utilise à cette époque. Elle raconte les parfums et les perruques, les langages des éventails et des mouches. Elle invite le public à fabriquer quelques poudres, baumes ou mélanges.  Les participants repartent avec le produit de leur  réalisation.

Lessines_07

Au delà de l’aspect exceptionnel du lieu et des collections qui y sont présentées, réaliser une animation au sein de l’hôpital Notre dame à la Rose est une expérience unique, tant de par l’attention du public, ouvert et à l’écoute, que de par l’équipe du musée, professionnelle et très chaleureuse.

Quelques photos pèle mèle

Le jardin du musée

Lessines_08Lessines_16

Scalpel et Matula

Lessines_17 Lessines_18