Scalpel et Matula | expositions
113
archive,category,category-expositions,category-113,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

expositions

 

Retour sur 2019 – Exposition et conférence à Azincourt

03 Mai 2020, Posté par scalpeletmatula.fr dans animation, expositions

La fin de l’année 2019 nous a permis de concevoir, pour le musée Azincourt 1415, une exposition suivie d’une conférence sur la chirurgie de guerre au XVème siècle.

L’exposition

L’exposition a été présentée durant un mois, du 07 au 30 octobre 2019.

Elle abordait les différentes thématiques à travers des panneaux explicatifs, confectionnés et installés en collaboration avec l’équipe du musée, et des vitrines présentant outils de médecine, chirurgie et apothicairerie ainsi que des facsimile d’ouvrages d’époque.

Un des panneaux de l’exposition (cliché du musée)

Les techniques d’amputation étaient présentées avec des copies de cautères et de couteaux d’amputation à partir de pièces du musée de la médecine de Paris, ensemble complété par une scie et une éponge somnifère…

Vitrine des amputations

Le matériel courant du chirurgien de guerre était également exposé, avec notamment la reproduction d’un pennarole, le matériel de traitement des enfoncements de boite crânienne et différents instruments de sondage, curetage…

Matériel courant du chirurgien et son pennarole pour instruments tranchants

Le traitement des plaies était évidemment une préoccupation majeure sur le champ de bataille. Il était illustrée avec le matériel utilisé par les chirurgiens d’époque : crin de cheval pour réaliser les sutures, plumasseaux pour éponger le sang, bandages pour maintenir les plaies fermées et tentes (petits morceaux d’étoffe) utilisées pour obtenir la suppuration « louable » suivant les concepts des arabo-salernitains. Quelques techniques de suture, tels que décrits dans les traités de chirurgie des maîtres de l’époque, étaient également présentés.

Vitrine sur le traitement des plaies

Une vitrine illustrait les théories médicales et présentait le travail de préparation de différentes spécialités par l’apothicaire.

Vitrine sur les théories médicales et le travail d’apothicaire

Nous sommes très fiers d’avoir pu exposer plusieurs pièces de notre collection. Toutes les reconstitutions mises en place ont été fabriquées par des artisans de grande valeur (que vous trouverez référencés dans notre page de liens) :

– les pièces tranchantes ont été réalisées par Gael Fabre

– les autres instruments de chirurgie sont issus du travail d’Yves Schmitz (la Forge en Midgard)

– les livres ont été reliés par Alex Desseynes,

– les poteries sont de Karine Caroulle d’Idées o Gram, Véronique de la poterie des Grands Bois ainsi que Goudal de Trouvaille d’argile

– la verrerie provenait du Verre Historique.

Un remerciement particulier à notre ami Orcus pour sa superbe reproduction sur parchemin d’un cercle des humeurs.

La conférence

La conférence s’est tenue le 26 octobre, le lendemain de la date anniversaire de la bataille d’Azincourt. Le public était nombreux et très intéressé. Les questions de fin de séance ont été pertinentes et les discussions qui ont suivies, passionnantes.

Ce fut un plaisir de venir à Azincourt.

Nous vous conseillons d’aller faire un tour dans ce musée, très bien conçu et fort bien documenté. Mrs Christophe Gillot et Josselin Gosselin y ont mis tous leur enthousiasme et leurs connaissances.

Un grand merci à toute l’équipe du musée pour leur accueil et leur disponibilité. Au plaisir de vous revoir !

L’exposition une armée qui soigne restera en place jusque mi-janvier 2016 au musée du Val de Grace. Cette exposition que nous avons déjà mentionnée couvre divers aspects du service de santé 14-18 et présente des pièces assez exceptionnelles en complément de l’exposition permanente du musée. Ci-dessous, quelques clichés des pièces exposées.

A tout seigneur tout honneur : la plaque commémorative de la citation à l’ordre de l’armée attribuée à l’école du Val de Grace pour son action durant la Grande Guerre.

unearmeequisoigne_00

L’exposition présente d’abord les uniformes et l’équipement des personnels de santé. La signalétique sur le champ de bataille : le personnel de santé (médecin, infirmier, pharmacien…) porte le brassard de neutralité blanc à croix rouge. Ici un exemplaire de médecin attribué avant le conflit (liseret doré) et son tampon de réception sur la face interne.

unearmeequisoigne_02Unearmeequisoigne_01

 

A partir de 1915, le personnel de santé reçoit en dotation le casque Adrian avec le caducée, la branche de laurier et la branche de chêne.

unearmeequisoigne_03

Le casque Adrian vient en remplacement de la cervelière distribuée comme une solution de protection provisoire contre les projections sur le champ de bataille. Cervelière et casque permettent d’éviter nombre de blessures au crane, mais ni l’une ni l’autre ne confèrent une protection contre les tirs directs ou les explosions trop proches.

unearmeequisoigne_04

Infirmière, médecin et infirmier régimentaire auprès d’un blessé. Médecin et infirmier présentent l’uniforme bleu horizon. Le blessé (également un infirmier d’après les boutons de sa capote 1877) présente l’uniforme d’entrée en guerre avec un pantalon garance. Au fond, le brancard à compas Franck (du nom de son inventeur) modèle 1892.

unearmeequisoigne_07

 unearmeequisoigne_08

 L’exposition présente beaucoup de matériel utilisé quotidiennement par le personnel du service de santé à l’instar de cette malle à pansement accompagnée d’un sac d’infirmier et de sangles de portage pour les brancards.

 unearmeequisoigne_06

Encore du matériel : une trousse d’infirmier, le pansement individuel, distribué à chaque soldat et une version avec teinture d’iode.

unearmeequisoigne_05

unearmeequisoigne_065

unearmeequisoigne_066

L’exposition aborde largement le thème des différents traumatismes subis par les soldats au front avec les problématiques nouvelles des gueules cassées et des chocs traumatiques.

unearmeequisoigne_09

unearmeequisoigne_10

Le problème du triage et de l’évacuation des blessés est naturellement développé, avec notamment les documents de suivi des blessés et les infrastructures développées pour rapprocher l’hopital du front, comme cette barraque système Adrian.

unearmeequisoigne_11

unearmeequisoigne_12

Une exposition très riche donc, à voir, grâce à la prolongation, jusqu’au 17 janvier 2016.

Encore une exposition – cette fois en Belgique

17 Déc 2014, Posté par scalpeletmatula.fr dans expositions

Le musée de l’hôpital Notre Dame à la Rose est situé à Lessines en Wallonie (environ 50km de Bruxelles par la route). Il est installé dans les bâtiments de l’hôtel Dieu bâti au 13ième siècle, en plein essor économique de la Flandre du bas moyen age. Le musée présente de remarquables collections dans le domaine médical, chirurgical et pharmaceutique à travers l’histoire, avec beaucoup de pièces du 19ième. On peut notamment citer la pharmacie présentée dans son état de ce même siècle (à comparer notamment à celle de Baugé pour le 17-18 ième => voir le blog du 29 octobre). Le musée est également doté d’un jardin de simples montrant une belle collection de plantes médicinales.

Présentant de nombreuses animations et expositions, le musée est régulièrement plébiscité et récompensé (Prix des Musées et Prix du Public 2010, Prix des Enfants 2014). Il expose actuellement et jusqu’en novembre 2016 une collection d’objets et instruments du 16ième au 19ième siècle, à la manière d’un cabinet de curiosités, sous le titre d’Amboise Paré à Louis Pasteur.

Expolessine2014

ATTENTION : le musée sera fermé pour les fêtes de fin d’années du 22 décembre au 5 janvier inclus.

Deux expositions en cours à ne pas manquer sur Paris.

10 Déc 2014, Posté par scalpeletmatula.fr dans expositions

D’abord, dans le programme d’exposition toujours très riche de la tour Jean Sans Peur , signalons la santé au moyen age. L’exposition expose de façon très concrète les théories et pratiques médicales de la fin du moyen age. Comme toujours, les textes sont soutenus par une iconographie très étendue, tirée des ouvrages marquants de leur époque (Tacuinum sanitatis, Livre des propriétés des choses, Livre des simples médecines…).

Le programme de la tour est disponible ici : http://www.tourjeansanspeur.com/public_html/download/tour-jean-sans-peur/tjsp_programme_2014.pdf

8f56bb4040cd5694d6ce4f4cbf66d930

Tour Jean sans Peur, 20 rue Etienne Marcel – Métro ligne 4 « Etienne Marcel ». Exposition jusqu’au 29 mars 2015.

Ensuite, pour ceux qui s’intéressent ou qui veulent découvrir l’action du service de santé pendant  le conflit de 1914-1918, son adaptation aux défits de la guerre moderne et les spectaculaires progrès médicaux qu’elle a engendrée, signalons l’exposition une armée qui soigne – le service de santé des armées pendant la grande guerre au musée du service de santé des armées du val-de-grâce.
 
une-armee-qui-soigne-affiche-de-l-exposition
 
Musée du service de santé des armées, 1 place Alphonse Laveran – RER B « Port-Royal ». Exposition jusqu’au 4 octobre 2015.