Scalpel et Matula | Service de santé au mémorial du linge
photos de tranchées au mémorial du linge avec infirmier et infirmière militaire
service de santé, WW1, 14-18, grande guerre, infirmier de tranchée, infirmière, mémorial du linge, histoire de la médecine
644
post-template-default,single,single-post,postid-644,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

BLOG

 

Quelques photos après notre animation au mémorial du Linge

26 Juin 2015, Posté par scalpeletmatula.fr dans animation

Dans le cadre des animations sur le centenaire des combats de la première guerre mondiale à la tête des faux et au Linge, Scalpel et Matula a présenté une animation du 11 au 13 juin dernier à Orbey puis au mémorial du linge sur le service de santé aux armées 14-18.

La bataille qui s’y est déroulée sur 3 mois, du 20 juillet au 15 octobre 1915, a coûté la vie à 17 000 soldats sans qu’aucune percée ne puisse être effectuée. Le musée lui-même comporte une série de plusieurs salles présentant une collection qui aborde de multiples facette des combats, de l’aspect purement militaire (uniformes, armes individuelles – fusils, grenades dont de rares exemplaires lacrymogènes françaises… -, crapouillots et minenwerfer, etc… ) à la simple vie quotidienne avec une vitrine présentant de l’art de tranchée. La projection d’un film à l’entrée du mémorial permet de retracer brièvement les événements qui se sont déroulés sur le site. Une reconstitution de tranchée allemande grandeur nature permet de se rendre compte des conditions du soldat avant de se rendre à l’extérieur sur le terrain où on peut découvrir une partie restaurée de la zone sur laquelle se sont déroulés les combats. A noter qu’une présentation permanente sur le service de santé devrait être installée en intérieur, probablement d’ici la fin 2015.

Sur le terrain, les tranchées allemandes, bétonnées, prévues pour un long face à face, sont situées au sommet et surplombent les tranchées françaises creusées en contrebas à flanc de coteau. Même après avoir maintes fois lu, que les soldats des deux camps pouvaient se trouver très proches, il est saisissant d’observer des avant postes français à quelques mètres seulement des tranchées allemandes. L’embrouillamini de barbelés, les « étendoirs à viande » comme les nommaient avec un certain humour les poilus,  n’est plus présent mais la présence de quelques « queues de cochon » permet de s’imaginer les lieux tels qu’ils étaient à l’époque. De multiples croix blanches marquent les lieux où ont été relevé les restes de soldats jusqu’à lors portés disparus.

Une visite à faire absolument si vous passez dans la région.

Ci dessous quelques photos faites après l’animation au mémorial.

Lelinge_3

 Marie Louise et Joseph Casimir. On vient bien un décroché de la tranchée destiné à éviter les tirs en enfilade depuis le parapet et également à limiter les dégâts en cas de chute d’un obus ou d’une grenade dans la tranchée.

Lelinge_4 Joseph Casimir observant une baïonnette allemande modèle 1898 dite en langue de carpe. On aperçoit sur le parapet une queue de cochon et des restes de barbelés.

Lelinge_1

Où est passé cette trousse d’instrument ???

Lelinge_2

Coup de mou !

Écrire un commentaire