Animation à l’exposition d’Ambroise Paré à Louis Pasteur à Lessines (15 & 16 août 2015)

Quelques photos de l’animation réalisée au Musée de l’hôpital Notre Dame à la Rose de Lessines (Belgique).

Lessines_1

Scalpel et Matula est intervenu dans le cadre de l’exposition d’Ambroise Paré à Louis Pasteur  dont nous avions déjà parlé précédemment. Pour rappel, cette exposition présente une magnifique collection privée d’objets et instruments représentatifs de la médecine et de la chirurgie, depuis la Renaissance jusqu’à la fin du 19ième siècle. Les domaines abordés sont très larges, du matériel d’amputation et des prothèses jusqu’aux trousses médicales et chirurgicales du siècle de Pasteur en passant par du matériel d’obstétrique, d’ophtalmologie, des éléments d’anesthésie, du matériel de saignée et de pose de sangsues et de ventouses…

Ayant revêtu les costume d’une Dame de la Renaissance et d’un médecin du siècle des hygiénistes, et en nous appuyant sur nos reproductions de matériel médical et chirurgical, ainsi que sur les objets de la collection exposée, nous avons présenté les évolutions de la médecine sur quatre siècles.

Dame Clotilde évoquait les débuts de l’anatomie moderne à travers le fac-similé de la fabrica d’André Vésale, ainsi que les enseignements du chirurgien de guerre Ambroise Paré vus dans le fac-similé de ses œuvres complètes…

Lessines_3

De son coté, le médecin hygiéniste présentait les avancées de son siècle dans le domaine des découvertes scientifiques – notamment rejet de la théorie de la génération spontanée et énoncé de la théorie des germes, tous les deux par Pasteur et ses collaborateurs – ainsi que les avancées concrètes dans la vie de tous les jours pour une population de plus en plus urbanisée.

Lessines_7

L’un et l’autre personnage présentait ses pratiques en matières d’hygiène, du « propre sur soi » et de la toilette sèche de la Renaissance, à l’utilisation du savon et de l’eau, à présent largement distribuée dans les maisons de la fin de l’age industriel.

Lessines_8

Dans l’ensemble, beaucoup d’échanges avec de nombreux visiteurs sur ce week end du 15 août (plusieurs centaines d’entrée au musée), soit dans les groupes, soit en tant que visiteurs « isolés ».

Lessines_0

Au delà de ces échanges, nous avons aussi donnés quelques conseils de lecture pour ceux d’entre les visiteurs souhaitant approfondir les sujets abordés. En particulier une publication liée à une exposition antérieure du musée, qui constitue une très bonne introduction au domaine des avancées des hygiénistes de la fin du 18ième siècle à celle du 19ième siècle.

PubliLessines

Scalpel et Matula sera de retour au Musée Notre Dame à la Rose les 10 et 11 octobre prochain. Nous serons heureux d’y échanger avec un public que nous espérons aussi nombreux qu’en août dernier.

Lessines_2      Lessines_6

Lessines_9

Tous nos remerciements à l’équipe du musée pour son accueil et son aide à la préparation et au bon déroulement de cette animation. Une partie des clichés sur cette page provient de l’équipe du musée.

 

Les prestations scalpel et matula : où nous voir cette année

Un calendrier rapide de nos prochaines sorties, après nos premières sorties cette année à Ecouen (fête renaissance) et à Orbey (animation 14-18) :

Le 5 juillet nous participerons à la cinquième édition de la fête médiévale du Pêchereau (Indres). Cette fête qui existe depuis 2009 (avec un petite pause en 2013 et 2014) débutera le samedi soir avec un dîner médiéval en musique, puis se poursuivra le dimanche sur le site du château du Courbat (élevé à l’origine au 13ième siècle) avec de nombreuses animations.

Les 15 et 16 août nous serons à l’hôpital Notre Dame à la Rose, à Lessines (Belgique) dans le cadre de son exposition temporaire « D’Ambroise Paré à Louis Pasteur« . Cette exposition, que nous avions déjà signalée dans un précédent post, présente plus de 200 pièces originales illustrant l’évolution de la médecine et pharmacie du 16ième au 19ième siècle. Nous aurons donc l’occasion d’évoquer la transformation de la connaissance et pratique médicale, depuis un savoir dogmatique hérité des antiques vers une science basée sur le résultats d’expérimentations, mesurées, observées. Ce sera aussi l’occasion d’aborder le rôle déterminant des conflits et des nouveaux outils mis à disposition de la recherche médicale.

Le 19 septembre nous participerons à la 13ième journée médiévale à Vincennes (Val de Marne) organisée dans le cadre des Journées du Patrimoine. Nous y présenterons les plantes utilisées en médecine médiévale.

Les 10 et 11 octobre, retour à l’hôpital Notre Dame à la Rose pour un second week end.

Nous serons également présents au festival Fous d’Histoire, les 17 et 18 octobre à Dinan (Côtes d’Armor) et à Pontoise (Val d’Oise) du 20 au 22 novembre.

Festival du Connétable – Ecouen 23 et 24 mai 2015

Scalpel et Matula a participé à la fête renaissance d’Ecouen (95) – le festival du connétable – qui s’est tenue le mois dernier et a donné lieu à de nombreuses animations dans la ville et au château. Pour rappel, ce dernier abrite le musée national de la Renaissance qui présente de magnifiques collections sur cette période.

Fete connetable

Installés dans le parc Charles de Gaulle, nous avons pu présenter les spécificités de la médecine et chirurgie de la Renaissance. La période est en effet riche en événements avec d’abord des avancées spectaculaires en anatomie liées aux travaux menés dans l’école de Padoue. André Vésale dans son De humanis corporis fabrica énonce les fondements de l’anatomie moderne. De son coté William Harvey, se basant sur une approche quantitative, novatrice face à la médecine dogmatique et livresque connue jusqu’à lors, pratique une médecine expérimentale qui l’amènera à formuler son hypothèse sur la circulation sanguine dans le corps humain (publiée en 1628 dans Exercitatio Anatomica de Motu Cordis et Sanguinis in Animalibus). La Renaissance, c’est aussi Ambroise Paré, qui de simple barbier sera nommé chirurgien par ordre du roi. Formé sur les champs de bataille, il saura reprendre et administrer à bon escient certains gestes des anciens (ligature des vaisseaux par exemple), abandonner les pratiques dangereuses et en inventer de nouvelles. Publiant son oeuvre en Français et non plus en Latin, ce qui lui vaudra de nombreux reproches de ses pairs, il vise une diffusion du savoir au plus grand nombre et notamment hors de la population « savante ». A travers les fac-similé et reproductions d’instruments et d’armes d’époque, nous avons évoqué sa carrière, mais aussi abordé les thèmes de l’hygiène, de la cosmétologie et l’apothicairerie à la Renaissance.

Ecouen_1Ecouen_2